Quand le corps médite....

Quand le corps médite....

Quand le corps médite…

Vous est-il arrivé à la fin d’une séance de hatha yoga de vous retrouver immobile en pleine réceptivité ? Si telle a été votre expérience, elle est révélatrice de la puissance purifiante qu’exerce le yoga dit « physique » sur le psychisme. Au début du cours, vous étiez dans la brume ignorant que l’heure écoulée allait vous offrir un mental pacifié, un vécu où les nuages qui obscurcissaient votre soleil intérieur, allaient se disperser. Les tensions corporelles, mais aussi mentales s’étaient dénouées ouvrant le champ à une nouvelle manière de percevoir le monde. On conçoit que la régularité d’une telle pratique s’impose pour assurer le progrès intérieur. Donnez donc la place requise à un hatha yoga de qualité dans votre sadhana journalière.

Selon Patanjali (II/49), l’asana correctement exécuté requiert un temps d’arrêt qui rassemble le prana entre l’inspir et l’expir. Cet axiome fondamental concernant le souffle nous éloigne de la version commune d’un hatha yoga qui a pour cibles l’étirement des muscles et l’obtention d’un corps idéal, icône des clubs de fitness.

Un livre vient de paraître qui tire au clair l’impact des procédures physiques du yoga sur les dimensions conscientes, subconscientes et inconscientes de la personnalité humaine. L’ouvrage s’intitule Hatha Yoga et Mental*. Il se réfère à la tradition des anciens rishis mise en parallèle avec les recherches scientifiques contemporaines. Trois grands ténors du yoga moderne s’y rencontrent : Swami Sivananda de Rishikesh, Swami Satyananda de Rikhia et Swami Niranjanananda de Munger. Ils nous disent avec la plus grande clarté, l’influence de la double énergie solaire ha et lunaire tha sur la moelle épinière et les centres psycho-physiologiques que sont les chakras.

Selon Swami Satyananda, « le pranayama ne concerne que très peu les poumons ». Le temps de rétention de l’air que le yogi ménage dans son rythme respiratoire, n’a d’autre but que de livrer passage à des flux subtils d’équanimité. Les auteurs évoquent le rôle de certains adjuvants rarement utilisés dans les cours habituels, mais bien connus des praticiens avancés. Ce sont les mudras et les bandhas, pratiques mystérieuses qui suscitent l’étonnement. Elles ont pour but l’émergence du grand mental cosmique au niveau de notre organisme. En joignant certains doigts, en amenant à se verrouiller telle ou telle partie - gorge, abdomen, globes oculaires ou autres - on parvient à y stabiliser le prana et du même coup, à réduire au silence le tournis des pensées.

Nombre de gens désireux de méditer s’aperçoivent d’une difficulté. Hatha Yoga et Mental apporte un moyen sûr de la contourner, car il nous invite à préparer le corps et le souffle en vue de dharana, la concentration. Quand toutes nos fibres, tout notre sang s’imprègnent d’esprit, nous devenons aptes à nous concentrer, prélude indispensable à l’approche de l’inconditionné.

* Hatha Yoga et Mental Editions Satyanandashram centrecultureldeyoga.com

Posted on 02/10/2017 Actualités 0 194

Laisser un commentaireLeave a Reply

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Blog archives

Blog categories

Derniers commentaires

Pas de commentaires

Recherche sur le blog

Précédent
Suivant

No products

To be determined Livraison
0.00€ Total

Commander